Padre Cup

Lettre au diocèse de Versailles et au Secours Catholique.

Bonjour,

J’ai appris récemment que le diocèse de Versailles et le Secours Catholique soutenaient et étaient partenaires du « Padre Cup » : une course de Kart où les chauffeurs sont des »¦ prêtres.

Je vous écris pour vous faire part de mon mélange du perplexité et d’indignation face à cette opération.

Dois-je rappeler que le kart est un « sport » qui consiste à tourner en rond avec une voiture, qui brà »le de l’essence et use ainsi de l’énergie. Dois-je rappeler qu’aujourd’hui de nombreuses familles ont du mal à payer les frais d’essences nécessaires à la poursuite de leurs vies professionnelles et que c’est autant d’argent qui échappe à leurs vies familiales ? N’y a-t-il pas quelque chose d’indécent à ce que du pétrole soit ainsi gâché pour satisfaire une besoin de communication d’une institution »“ l’Église catholique »“ qui ne sait plus que faire pour faire oublier ses travers et ses pêchés [1] ?

N’est-ce pas en contradiction avec le message de simplicité du Christ ? Celui ci a dit « heureux les pauvres », et non pas « heureux ceux qui peuvent gaspiller un bien rare et indispensable à d’autre ».

N’est ce pas en contradiction avec les discours du Pape, qui déclare « Les sociétés technologiquement avancées peuvent et doivent diminuer leur propre consommation énergétique » (Caritas in Veritate, 49) ?

N’est ce pas en contradiction avec de nombreux actes des Églises qui essaient de réfléchir à une action responsable de l’homme sur la nature ? Je pense par exemple le colloque de 2009 de l’Institut Supérieur d’Études œ’cuméniques : l’Avenir de la Terre, un défi pour les Églises. Le diocèse de Versailles a choisi : l’avenir de la Terre ne semble pas être sa préoccupation dans cette affaire.

Pour cautionner ce gaspillage, le site de présentation [2] déclare : « Pour chaque tour parcouru un euro sera reversé à une association humanitaire ». Oubliez-vous que chaque tour émet x grammes de CO2 ? Qu’à terme ces x grammes CO2 vont provoquer une augmentation de la température de x degrés qui aura des conséquent sur les personnes et les sociétés les plus défavorisées ? [3]

On arrive ici au contraire de la justice : les « riches » responsables, par leurs émissions éhontés de CO2 de catastrophes pour les « pauvres » se donnent une bonne conscience en disant que ces émissions soutiennent indirectement les « pauvres ». En quelque sorte, le retour des indulgences »¦ dois-je rappeler que ces pratiques sont à l’origine de schismes au XVIe siècle ?

Plus profondément, cette opération de communication pose un problème sur la figure du prêtre qu’elle véhicule.

On se donne l’illusion d’avoir des prêtres « modernes » [4] parce qu’il font du kart, tout en revenant, comme l’a montré les manifestations de l’année sacerdotale, à une conception hiérarchique et sacrale du prêtre.

On se donne une forme « moderne » pour masquer un retour à une vision « ancienne » du prêtre, médiateur du sacré et seul à même d’exercer l’autorité dans la paroisse. Certes il s’agit là , hélas, d’un modèle classique dans le catholicisme romain (quoique datant, grosso modo, du Concile de Trente). Mais quitte à avoir une vision conservatrice »“ car il n’y a pas d’autre mots, du ministère presbytérale, autant l’assumer jusqu’au bout.

Cette opération de communication nous en dit long sur l’aporie à laquelle une crispation identitaire de l’Église catholique mène »¦ mais ce n’est pas en mettant du vieux vin dans des outres neuves qu’on le change en nouveau vin.

Veuillez agréer l’expression des mes sentiments respectueux.

Ps : copie à Nous Sommes Aussi L’Église, Témoignage Chrétien, La Vie, Conférence Catholique des Baptisés de France, Groupes Jonas, Groupe « Chrétien et pic de pétrole ». Et sur mon blog : http://blog.maieul.net/Padre-Cup

Notes

[1Rappelons que le Pape a reconnu que les récents scandales dans l’Église étaient liés à ses pêchés.

[2Vers lequel je ne pointe pas pour ne pas faire de publicité.

[3Je n’ai pas ici le temps, et ce n’est pas le lieu, de dresser la liste des conséquences des émissions anthropiques des gaz à effet de serre. D’autres sont plus compétents que moi.

[4Alors que la modernité serait de changer de modèle économique, et non de perpétuer celui de l’énergie bon marché.