Parabole des talents

Jésus parlait souvent par parabole, c’est à dire sous la forme de récit métaphorique.

Aux disciples qui l’interrogent sur le royaume des cieux, il répond

La première fois, que j’ai entendu ce texte, je devais avoir 10 ans. Je me suis dis « le maà®tre est un vilain ». Maintenant, je me dirais « la maà®tre est un vilain capitaliste productiviste ».

Mais en interprétant, on se rend bien compte qu’il ne s’agit pas de cela.

Le premier indice est le mot même de « talent », qui était certes une monnaie, mais possède aussi le sens que l’on connaà®t à l’heure actuelle [1].

Ensuite, le maà®tre ne reproche pas au troisième ouvrier de ne pas avoir réussi, mais de ne pas avoir tenté de faire fructifier ses talents, pour lui et pour les autres.

De plus, le maà®tre ne récupère pas les talents pour lui, au contraire, il les donne à ses serviteurs !

Non, le seul passage qui me paraà®t « dérangeant » est les derniers versets où il dit que « celui qui a point, même ce qu’il a lui sera pris ». N’est ce pas en contradiction avec la béatitude « heureux les pauvres, le royaume de Dieu est à eux ? » . Mais dans notre cas, celui qui a rien est celui qui a refusé de se servir des dons du maà®tre [2].

Bon, dans la pensée de Jésus, le maà®tre est la métaphore de Dieu [3].

Et nous avons donc un Dieu qui est exigeant, mais qui l’est non pas pour lui-même, à son profit, mais pour notre bien. Il nous demande de faire fructifier au maximum nos talents, car sinon, ils ne servent à rien.

A chacun selon ses moyens, Dieu confie un tâche avec les talents associés.

Et là question que l’on peut se demander, c’est comment peut-on réussir cette tâche ?

En effet, dans notre monde actuel, la priorité est donnée au travail, en grande partie du fait du productivisme.

Or si certains arrivent à s’épanouir dans le travail, à faire « fructifier leur talents » dans le travail, cela n’est pas le cas pour tous.

Il est donc nécessaire de sortir de cette logique du travail, de l’emploi, pour rentrer dans un logique de l’activité. Non pas un travail pour tous, mais une activité pour tous, où tous peuvent s’épanouir.

Vers une société de pleine activité ?

Encore faut-il pouvoir vivre. Donc, séparer le revenu du travail - vu qu’une société de pleine activité n’est pas nécéssairement une société de plein travail.

Et c’est là où mon engagement de chrétien rejoint mon engagement de jeune Vert.

Car il s’agit bien là de « l’Utopie Verte », où du moins d’une partie de l’Utopie Verte.

Les Jeunes Verts ont développé cette idée - et d’autres - dans une brochure « L’urgence du Développement Soutenable » et dans un article « Un revenu est un droit ».

Utopie ? Certes, mais Utopie réalisable. Utopie qui n’exclue pas la liberté individuelle, comme le communisme « marxiste-leniniste », qui n’exclut pas ce qui ne suivent pas les plus « faibles » comme le libéralisme.

PS

J’ai depuis écrit une exégèse de cette parabole des talents. Vous pouvez la lire ici

Notes

[1pour cette raison, je la préfère à la parabole des mines de Luc 19,11-27, qui bien que ressemblante, n’est pas similaire

[2je compte développer un étude de ce passage précis dans un prochain billet, en comparaison avec un extrait de St-Paul, donc désolé si je ne m’attarde pas là dessus

[3en tout cas, c’est la supposition que je fait et que j’admets pour l’interprétation de ce texte