Serais-je Marcioniste ?

Au second siècle après Jésus-Christ, Marcion soutenait la thèse selon laquelle il y aurait deux dieux : un dieu mauvais, celui de l’Ancien Testament, et un dieu bon : le père du Christ, le dieu du Nouveau Testament.

Cette idée fut considérée comme hérétique [1], et je ne sais pas s’il existe encore des Marcionistes aujourd’hui, cependant on en trouve encore des traces, comme dans l’expression « Le bon Dieu » ou bien « God is good » en anglais [2]

Cette thèse amena son auteur à rejeter tout l’ancien testament, et à ne garder dans le nouveau que Luc-Acte et certaines lettres Pauliniennes ou Deutéro-Pauliniennes [3], qu’il interpréta de manière radicale dans leurs passages sur la loi Mosaïque.

On peut reconnaà®tre que Marcion n’avait pas forcément tord. En effet, combien de fois Dieu se montre cruel dans l’AT : que l’on songe au Dix plaies d’Egyptes, lorsqu’il "endurcie le cœur" (Ex 10, 27) de Pharaon, ou bien encore à la manière dont les égyptiens périssent noyés dans les flots de la mer Rouge. Bref, un dieu fier, arrogant, qui veux montrer qu’il a raison, qu’il est supérieur aux autres dieux : Ex 7,3-5 en est un bon exemple.

Est ce cependant une raison pour rejeter tout l’héritage juif ?

A mon sens, non. Tout d’abord, parce que Jésus était un juif, qui a enseigné à des juifs. Et que donc, si l’on ne prends pas en compte la pensée juives du 1er siècle, et donc les textes sacrés, alors il est difficile de pouvoir comprendre le message de Jésus.

Mais également parce qu’il existe des très beau passage dans la Bible juive : que l’on songe au psaume de la création, au cantique des cantiques ou encore à certain psaumes du livre des Psaumes...

Alors, pourquoi Dieu est-t-il si cruel dans l’AT ? Question douloureuse que chaque chrétien progressiste se pose sà »rement.

Plusieurs réponses me semble possibles :

  1. L’AT, comme toute la Bible, ne décrit pas forcément qui est Dieu, mais qu’elle image des hommes et femmes se sont fait de Dieu.
  2. Dieu a évolué. Comprenant que le déluge, la destruction de Sodome et Gomorrhe, etc [4]. N’empêche pas les hommes de péchés, Dieu à voulu savoir ce qu’était la condition d’homme, et s’est incarnée en la personne de Jésus. Et du dieu vengeur, qui détruit, tue, il est devenue le "Père toujours bon" des évangiles ... Celui que s’en crainte on peut appeler "papa".

Certaines arguments, que je partage pas, contre ces deux thèses existent.

Contre la première, l’argument classique que le Bible est Parole Divine, qu’elle ne peut être remise en question, etc. C’est l’argument typique des intégristes religieux, donc je ne ferais pas de commentaire à ce sujet.

Contre la seconde, l’argument selon lequel Dieu étant éternel, il ne peut évoluer. J’avoue ne pas comprendre pourquoi le fait d’être éternel empêcherait d’évoluer, mais bon ... j’ai renoncé à comprendre beaucoup de raisonnement des gens.

Notes

[1Toute idée n’étant pas en accord avec le dogme majoritaire peut-être considérée comme une hérésie.

[2encore que je ne sois pas sà »r qu’elle existe bien, étant donnée mon manque de connaissance de la langue de chéque-spireShakspeare. Cependant je l’ai lu dans un bouquin à propos du Marcionisme. Si quelqu’un veux bien me confirmer l’existence de cette expression, je l’en remercie d’avance.

[3malheureusement je n’ai pas sur moi la liste exacte des lettres reconnues, étant donné que je suis à Avallon, et que le livre dans lequel je l’ai trouvée se situe à Melun

[4on pourrait croire que je pense que ces événements sont historiques. Pas vraiment. Disons que du point de vue religieux ils sont historiques, puisqu’il marque les rapports àŠtre Humain/Dieu. Même s’il n’est pas sà »r que cela s’est "réellement produit". De même, je ne partage pas l’idée que l’homosexualité est un pêché, ce serait contraire à mon engagement chez les Jeunes Verts. Mais pour les auteurs de la Genèse, c’était le cas.