Aller à l'accueil | Aller au menu | Aller au contenu | M'écrire | Aller à la citation | Aller aux pétitions
Maïeul Rouquette

Du vote obligatoire et de la démocratie représentative

|

samedi 18 avril 2015 à 23h00

Enregistrer au format PDF

Une brève histoire

Imaginons une communauté d’individu qui doivent prendre des décisions régulièrement. Problème : la communauté est trop nombreuse pour discuter ensemble régulièrement des grandes des décisions à prendre.

Alors la communauté décide de nommer des personnes qui prendront les décisions à leur place. La communauté se dessaissit de ses décisions pour les confier à des tiers. Évidemment cela pose problème : comment s’assurer que la décision de ces personnes reflètent l’avis majoritaire de la communauté ?

Une idée émerge alors : les personnes qui voudraient exercer cette responsabilité de choisir à la place des autres présenterait les grandes lignes de leur pensées. Ainsi lorsque la communauté les choisiserait, elle pourra choisir celles qui partagent le plus ses idées. Évidemment comme les opinions changent avec le temps, on changerait régulièrement ces représentants.

Et puis comme les candidats à ces fonctions s’aperçoivent que souvent ils partagent les idées d’autres candidats, ils décident de former des alliances, des partis. En outre, ces partis permettent à l’ensemble de la communauté d’y voir plus clair lors du choix des représentants, en ayant une typologie des pensées qui se présentent à eux.

Évidemment certains diront que non, on ne peut pas accepter de confier la décision de la communauté à quelques uns. D’autres au contraire diront qu’on peut le confier à quelques uns, mais que la communauté n’a pas à les choisir : ils faut que ce soit des leaders charismatiques qui détiennent les clefs de décisions.

À peine une caricature

Je viens de peindre à grand traits, de manière très grossière j’en conviens, la logique qui guident nos démocraties dites représentatives : le « peuple » délègue son pouvoir à intervalle régulier à des personnes sur la base à la fois des discours de ces personnes et de leur appartenance à des partis.

Certains récusent ce système de la démocratie représentative. D’une part les anarchistes qui refusent l’idée qu’on puisse être representés. D’autre part l’extrême droite qui refuse l’idée que le peuple puisse être apte à gouverner, que ce soit directement ou par des intermédiaires.

Pour que le système soit alors accepté par la majorité du peuple il faut qu’un pacte de confiance soit validé entre les électeurs-trices et les candidat-e-s : tu me confie ton pouvoir, mais tu sais ce que je vais défendre dans le groupe des personnes qui ont le pouvoir. Bon grès, mal grès, ce système fonctionne, en tous cas il continue d’être utilisé et d’organiser nos sociétés.

Seulement voilà : que se passe-t-il quand les personnes chargées de prendre les décisions prennent des décisions qui ne correspondent pas aux grandes lignes du groupe auquel ils appartiennent ? Et bien une parti des gens se décident de ne plus choisir des représentants, ce qu’on appel l’abstention [1]. D’autres choisissent d’élire ceux qui pensent qui n’ont pas été au pouvoir et qui disent qu’avec eux cela va changer, alors qu’au fond ils se disent que la démocratie représentative c’est inutile. En France il s’agit du FN.

Que font alors les représentants face à ce phénomène ? Se remettent-il en questions ? Regardent-ils le programme pour lequel ils ont été élus et leur décisions effectives ? Non, ils proposent de rendre obligatoire de participer à leurs élections. Avant on pouvait penser que choisir un représentant-e n’avait pas de sens et donc ne pas les choisir. Mais plutôt que de chercher à convaincre les personnes qui pensent ceci par exemple à on va chercher à les forcer à choisir des représentant-e-s.

L’idée pourrait être acceptable si cela venait de personnes qui respectaient le « pacte » de la démocratie représentative. Mais elle est scandaleuse lorsqu’elle vient de personne qui ne le respectent pas.

M. de Rugy est un danger pour la démocrative représentative

Je ne vais plus faire attendre mes lecteurs plus longtemps et dire à qui je pense.

Qui a proposé récemment le vote obligatoire. François de Rugy. Qui récemment a voté un article de loi généralisant la surveillance sur internet ? François de Rugy. Quel était l’avis des gens du parti sous l’étiquette duquel il a été élu ? Contre ce projet de loi.

Je pourrais refaire l’historique complet des avis d’EELV sur les grands projets de loi du gouvernement Hollande. Je pourrais comparer à chaque fois les votés des député-e-s EELV et notamment de François de Rugy, qui est leur président de groupe.

Je ne pense pas me risquer trop en disant que dans la très grande majorité des cas les avis divergent.

Conséquence : en 2017 je ne voudrais pas voter pour des gens portant l’étiquette EELV, puisque je saurais que cette étiquette n’a aucun impact sur leur futur vote.

Bref, par leur comportement la majeur parti des député-e-s EELV font plus que cautionner une politique tout à la fois sécuritaire, xénophobe et libérale. Ils trahissent l’idée même de démocratie représentative. Et c’est sans doute là le pire.

[1Je sais que celle-ci a d’autres causes. Mon propos n’est cependant pas l’absention mais la démocratie représentative.


Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Accueil | Dernier billet | 137 billets | 253 commentaires | Réalisé avec Spip | Hébergé chez All2All